accueil  nouveau  dvd v.f.  livres  ayurvéda  sagesse  l'advaita  glossaire  pour commander  bon de commande  contact  librairies

home  english dvd  books  wisdom  advaita  glossary  how to order  order form  contact

ramana maharshi | qui suis-je ? | tout le monde est déjà réalisé | la présence | padam – le soi sans forme | la recherche de soi-même | instruction spirituelle
h.w.l. poonja | la liberté | hommage | qui êtes-vous ? | summa iru | l'effort et le non-effort | rien n'a jamais existé | tu es cela | la demeure finale
plongeon dans l'inconnu | l'océan de silence | un plongeon dans l'éternité | ici-maintenant à lucknow | annamalai swami | seul le soi est réel
fa hai | le réel | seng tsan | l'esprit unifié | lama guendune rinpoché | libre et tranquille | siddharameshwar maharaj | je ne suis pas le corps | le non-agir
l'advaita | vedanta | ranjit maharaj | je suis en tout et partout | la connaissance et l'ignorance | entretien | paroles | rien n'existe | le réel et l'irréel | le mental
la ribhu gita | le cœur | nisargadatta maharaj | connaissance spirituelle et pacification du désir de savoir | la vie | le détachement | qui suis-je ? | être
swami swaroopananda | le destin et l'action | adi shankaracharya | aparokshanubhuti | william samuel | qui est william samuel ? | maintenant
neem karoli baba | miracle de l'amour | yoga | l'asparsa yoga | yoga vasistha | le détachement | l'attitude du chercheur | ellam ondre | tout est un
u.g. krishnamurti | entretien | hommage | chief joseph | la voie de la guerrière | swami rama tirtha | une présentation | ayurvéda | la nutrition ayurvédique
ramakant maharaj | la realité n'a rien à voir avec les mots | l'ashtravakra gita | pure expression de la vérité | l'avadhuta gita | toujours libre

RAMAKANT  MAHARAJ

LA  RÉALITÉ  N 'A  RIEN  À  VOIR  AVEC  LES  MOTS



Que règne la paix et l'amour parmi tous les êtres de l'univers. OM Shanti, Shanti, Shanti.

réalité et connaissance | corps et illusion

Vous devez avoir la conviction :
"Je suis totalement non-concerné par le monde."



AMAKANT  Maharaj est le disciple direct de feu Nisargadatta Maharaj avec lequel il passa 19 années. Depuis 1962, il a assisté régulièrement aux entretiens de son Maître jusqu’à son Mahasamadhi en 1981. Depuis plus de dix ans maintenant, Ramakant Maharaj reçoit tous les dévots et disciples du monde entier désirant connaître l’Ultime Vérité à l’Ashram de Nashik.


Ramakant Maharaj : Pourquoi toutes ces luttes et combats pour comprendre les mots et leur signification ? Pourquoi ces analyses intellectuelles, ces comparaisons et ces conclusions ? La Réalité n’a rien à voir avec les mots, ni avec l’intellect. Elle est au-delà de toute la connaissance liée au corps.

Vous ne pouvez pas dire comment vous étiez avant d'être.
Il n'y avait pas de mots, pas de connaissance, rien.
Les mots ne peuvent pas décrire "rien".

La connaissance spirituelle est OK pour le corps-forme, aussi longtemps qu’il existe. Quand le corps-forme disparaît, qui sait ce qui va arriver ? Après la conviction, cette connaissance [jnana] vient rapide et pointue, très rapidement, avec un tranchant. Quand ceci arrive, il n’y a plus aucune nécessité de paix et de bonheur.

Bonheur et paix sont pour le corps,
Parce que l'existence dans le corps-forme est intolérable.

Dès que vous êtes convaincu que le corps-forme n’est pas votre Ultime Vérité, alors quoi qu’il arrive de "négatif" au corps, est vu avec du recul, comme quelque chose qui serait arrivé au fils de votre voisin et non à vous. Vous le ressentirez parce ce corps est un corps matériel. En même temps cependant, vous ne serez pas impliqué parce que c’est le fils de votre voisin et pas vous.

Le détachement est un des signes de la réalisation.

Question :
Avant cet état, il y a un fort sentiment de propriété, comme quoi les gens possèdent leur corps et qu’il est très important.

Maharaj : Oh oui ! Mais pas de propriété, vous n’êtes pas le propriétaire. Ce sont les cinq éléments. Vous restez sur la base d’un locataire. C’est juste la force de l’emprunt du corps : vous empruntez l’eau, vous empruntez la nourriture. Pour quelques années vous avez un permis, puis le permis est prolongé. Défense d’entrer ! Aussitôt que vous arrêtez de fournir nourriture et eau ?

Question : Alors vous êtes jeté hors de votre maison !

Maharaj : C'est une cage, pas une maison. Vous restez dans une cage en mâchant une carotte. C'est peut-être une cage en or ou en argent ou encore en cuivre , quelle qu'elles soient c'est pareil. Les riches fabriquent une cage en or et les pauvres ont une cage en fer.






Question : C'est encore une cage.

Maharaj : Le sage demeure dans cette cage. C'est une "cage de sage". Au moment de la conviction, vous briserez et ouvrirez cette cage. Je vous donne le courage :

Vous devez partir ! Ouvrez la cage !
Ouvrez-la largement !
Vous êtes un oiseau libre !


Différents moyens sont utilisés pour la conviction : raconter des histoires, utiliser différents mots, métaphores ou analogies. Mais écoutez-moi ! Toute la science spirituelle consiste juste à parler de cet enfant non-né.

Au stade initial, les gens écoutent.
Mais après quelques temps, il n'y en a plus autant
Qui continuent à aller de plus en plus profondément dans la Réalité.
Ils préfèrent bien plus disséquer les enseignements
Et contester les mots qui ont été utilisés.


Le moment venu, généralement les gens ne sont plus aussi disposés à se tourner vers l’intérieur et à être tranquilles. Ils sont plus à l’aise avec les vieilles habitudes de la connaissance du corps. Ils trouvent plus faciles de discuter et débattre la signification de la Réalité. C’est futile !

La Réalité n'est pas un sujet de discussion ou de débat.

C’est pourquoi je pose à chacun la même question : "Quelle conclusion tirez-vous de la lecture de tous ces livres sur la spiritualité ?" Si vous êtes sans peur, alors OK, vous pouvez espérer être sans peur quand viendra le moment de quitter le corps. Mais soyez-en sûr ! Si la peur est encore là en train de rôder, alors toutes ces activités littéraires n’auront été que gaspillage de temps.

Trembler en face de la peur, n'est pas la connaissance.
La connaissance doit vous être utile sur votre lit de mort.


La spiritualité vous rend sans peur, avec comme résultat une paix et un bonheur spontanés. Juste comme si avec les poches vident vous ne craignez pas le voleur ! Laissez le voleur venir ! Vos poches sont vides ! Maintenant que vous avez la conviction, elle vous sera d’une grande aide au dernier moment. Il n’y aura aucune peur, juste la paix. Un jour ou l’autre, vous devrez quitter cette "maison".

Chaque jour vous devez vous dire,
"Cette maison n'est pas à moi."
Oubliez-la !

Vous avez l’opportunité d’utiliser ce corps pour connaître votre Soi sans soi et comment vous étiez avant d’être. Chaque moment dans votre vie est très, très important. Chaque moment dans votre vie est très, très important. Autrement, il y aura un autre rêve, un autre rêve, un autre rêve.

Vous devez sortir de ce cercle vicieux.
Vous pouvez le faire avec votre propre puissance.
Brisez le cercle vicieux avec votre propre puissance.
Vous pouvez le briser parce que
Vous êtes l'Ultime Réalité.


Ne signez rien aveuglément, à nouveau ! Vous n'êtes pas né. Soyez vigilant ! N'ignorez pas la Réalité en raison de la pression de forces extérieures invisibles. N'ignorez pas la Réalité en raison de forces spirituelles, de forces physiques, de forces mentales ou encore de forces logiques ou intellectuelles.

N'ignorez pas la Réalité.

Beaucoup essayent de marquer les esprits avec leurs propres idées et au nom des maîtres. Généralement, il est attendu que vous hochiez la tête en disant : "Correct, correct !" Pas vous ! Pas vous, plus vous !

Maintenant vous pouvez décider ce qui est correct ou non,
Authentique ou non,
En utilisant le miroir de la connaissance.
À la lumière de ce miroir de la connaissance,
Vous pouvez discriminer et décider.


Vous avez la conviction ! Vous pouvez avoir besoin d'utiliser des mots. Rappelez-vous juste que les mots ne sont pas l'Ultime Vérité.

Ne soyez pas à nouveau victime des mots.
Ne tombez pas, à nouveau, dans ce piège.
Cela arrive. Je l'ai vu arriver.


Question :
Je ne vais pas être à nouveau séduit par les livres et les maîtres, Maharaj. Vous ne devez pas vous en inquiéter. Je comprends leurs limitations dues à la connaissance liée au corps. Et pourquoi devrais-je dépendre de la connaissance livresque, alors que la connaissance du Soi est en train de se développer comme jamais ?

Maharaj : Très bien ! Nous avons créé les mots et leur avons donné leur signification. Nous utilisons les mots tout le temps. Prenez les mots "Dieu" et "âne". Nous disons "Dieu" est une déité et "âne" est un animal. Si nous disions que "âne signifie Déité", qu’arrive-t-il ? Rien ! C’est simplement les mots qui ont changé, pas leur essence ou leur substance. Oubliez les mots. Soyez avec la Réalité ! Prenez du bon temps, savourez votre spiritualité.

Soyez tranquille et heureux !



RÉALITÉ  ET  CONNAISSANCE


Sauf vous-même, il n'y a pas de Dieu, pas de Brahman, pas d'Atman, pas de Paramatman, pas de maître.

Connaissez-vous vous-même dans un sens réel. Nous nous connaissons nous-même dans notre corps-forme. Ce n’est pas votre identité. Votre identité est non-identifiée, invisible, anonyme. Votre présence spontanée est la cause de la projection spontanée du monde. Vous êtes l’Ultime Vérité. Vous êtes non-né. Les dévots sont des gens qui désirent le bonheur, la paix de l’esprit, une vie libre de tension, une vie sans peur. Ces choses peuvent arriver une fois que vous vous connaissez dans un sens réel. Vous êtes totalement non-né mais vous pensez je suis né et je vais mourir. Ce concept est une pensée illusoire. La vraie connaissance vous aidera à réaliser ce qu’est l’Ultime Vérité, la Vérité Finale.

Une fois que vous vous connaissez dans un sens réel, vous êtes complètement sans peur. Savoir que "je ne suis pas né" fait disparaître la peur de mourir. Ni la naissance ni la peur n’existent. Vous êtes au-delà de la connaissance, au-delà "des mots et des mondes". C’est la conviction, l’illumination, la réalisation – vous devenez un avec la Vérité Finale.

Cette anonyme, invisible,identité non-identifiée appelée Parabrahman, Brahman, Atman pour laquelle il n’y a pas de mort ou de naissance, aucun besoin de salut. Les questions de paradis ou d’enfer ne se posent jamais. Il n’y a pas de prarabdha [le concept des actions accumulées venus des incarnations passées, qui se manifestent dans la vie présente en tant que karma], pas de religion. Il est l’attachement au corps, il est relatif au corps. Il est survenu avec le corps-forme. "Ceci et cela" – tous sont relatif à l’état de corps physique. Ils sont survenus à travers le corps-forme.

Hors de vous-même, il n’y a pas de Dieu, pas de Brahman – Dieu est en vous et nulle part ailleurs. Ceci est très libérateur parce que cela signifie qu’en dehors de moi-même il n’y a pas de Dieu, rien de rien ! Je suis la Source de tout ! Vous êtes la Source, vous êtes la puissance. Entrez dans la caverne et découvrez votre trésor.

Soyez pratique, tout est en vous, mais vous cherchez ici et là. Vous ignorez le chercheur, vous ignorez le trouveur. Vous avez une exceptionnelle puissance, mais vous en êtes inconscient. Vous vous sous-estimez, et dites : "Je suis un homme ou une femme." Cela n’est pas votre identité. Cette identité-là devra être dissoute un jour ou l’autre.

Il n’y a pas du tout de mental ! C’est une connaissance exceptionnelle. C’est la Réalité. Ce n’est pas une connaissance livresque. Ce n’est pas une connaissance littéraire. C’est au-delà de tout, au-delà de la connaissance, de tout, au-delà de l’imagination. Nisargadatta Maharaj avait l’habitude de dire : "Comment étiez-vous avant d’être ? Restez comme Cela !" Donc comment étiez-vous avant d’être ? Vous étiez "sans savoir". Vous étiez totalement inconscient de tout. Vous ne saviez rien.

Il est invisible, anonyme et non-identifié. Il est Cela avec lequel nous sentons, sans lequel vous ne pouvez prononcer un seul mot, sans lequel vous ne pouvez lever vos mains. Aucun mouvement sans Sa puissance. Cet esprit est appelé Brahman, Atman, Paramatman, Dieu, Parabrahman. Les noms sont les vôtres. Quel est le contenu de l’esprit ? Ce n’est pas votre mort ni votre naissance… Seulement Cela, seulement Cela !

Questionnement du Soi, connaissance du Soi et réalisation du Soi sont l’ensemble des étapes. Tout le monde lit tant de livres. Tout le monde parle tant de Brahman, d’Atman, de Paramatman, de Dieu. C’est très facile de parler. Mais on devrait se questionner soi-même. Hors de toute cette connaissance, "Qui suis-je ?", "Qu’est-ce que je possède ?" Demandez-vous : "Suis-je complètement libre de la peur de la mort ?", "Suis-je totalement en paix ?", "Est-ce que je suis dans le bonheur sans aucune cause matérielle ?" On devrait se questionner soi-même. Si la réponse est : "Non", alors c’est que l’on ne possède qu’une connaissance théorique – à la fois théorique et minime.

Si vous vous consacrez pleinement, alors ce n’est pas difficile d’absorber les enseignements. Vous êtes apte à savoir. Cette identité externe ne restera pas constante. La conviction est essentielle pour la spiritualité. Un esprit est là nous permettant de parler. Une puissance est là, à l’œuvre. Nous regardons, nous entendons, toutes ces activités sont pour le corps, toutes concernent le corps. Une puissance est là, une force est là, un esprit est là, juste comme l’électricité.

Vous connaissez l’histoire de la corde et du serpent. Vous êtes effrayé par le serpent. C’est un fait qu’il n’y a pas de serpent, que c’est une corde. De la même façon, vous avez peur de la mort. Qui meurt ? Qui nait ? Parce que [vous réalisez] qu’il n’y a personne, [vous êtes] totalement non-concerné, totalement indifférent. Cette présence est spontanée, juste comme le ciel. Le monde entier est projeté hors de la présence, nous fusionnons. Sans la présence nous ne pouvons voir le monde, nous ne pouvons rien voir.


CORPS  ET  ILLUSION


Avant le corps-forme, rien n’était là. Avant d’être, à qui ces noms individuels appartenaient-ils ? Juste pour stimuler une vie paisible, les religions et leurs principes ont été créés. C’est la forme du principe essentiel, le cadre – "le cadre de la prière". C’est OK. Le secret de votre vie, le point essentiel de votre vie, vous devez savoir, comprendre, réaliser sa signification. Alors seulement vous serez totalement sans peur.

Votre maître est votre reflet. C’est un fait, il n’y a pas de maître, il n’y a pas de disciple. La somme totale est que tout ceci est un rêve issu des relations entre corps – ce que vous n’êtes pas, ce que vous n’étiez-pas et ce que vous ne serez jamais. Donc, comment allez-vous vous débarrassez de l’illusion du corps ?

Vous êtes l’architecte de votre propre vie. Un jour, vous finissez par savoir que tout est un rêve. En d’autres termes, vous êtes en train de jouer dans un drame/un film – vous êtes le héro, l’héroïne ou le méchant – et même après deux heures et demi, vous savez que c’est juste mon rôle. Je joue toujours mon rôle, mais il n’y a aucun lien avec ce rôle. De la même façon, nous acceptons ces rôles "d’homme" ou "de femme", sans question. Elle [la Réalité] n’a rien à voir avec tous ces concepts. Vous n’êtes pas né.

Vous devez vous demander : "Pourquoi devrais-je avoir peur de la mort quand c’est commun à tout le monde ?" Vous dites : "Je ne peux échapper à la mort." Qui meurt ? Qui vit ? Juste questionnez. Personne ne meurt, personne ne nait. Nous pensons à partir du point de vue du corps, acceptant aveuglément tous ces concepts, tous ces concepts illusoires : homme ou femme, cette religion-ci ou celle-là, la dernière naissance, la prochaine naissance, la naissance présente, la re-naissance… tant de concepts, tant d’illusions.

Aveuglément, vous avez signé et accepté toutes ces illusions. Vous n’avez pourtant commis aucun crime, cependant vous avez signé : "Je suis un criminel." [Vous êtes coupable d’avoir accepté la fausse identité d’une personne individuelle.] Les maîtres disent que vous n’avez commis aucun crime, mais vous avez signé : "Je suis un criminel."

"Je" est une illusion, "vous" est une illusion, "Brahman" est une illusion. Le monde entier est une illusion.

Réfléchissez : Qu’étais-je avant d’être ? À ce moment, il n’y avait pas de Dieu, pas de Brahman, pas d’Atman – ce sont des mots. Après la dissolution du corps, quel sera mon état ? Vous dites "je ne sais pas". Donc toutes ces exigences pour ces choses, Dieu, Brahman, Atman sont relatives au corps. Pour les avoir, il y a une cause matérielle. C’est une illusion, donc nous devons sortir de l’illusion.

Après la mort du corps, que reste-t-il ? Il n’y a pas d’expérience, pas d’expérimentateur. Pas de connaissance, rien n’est là. Simple. Simple ! Après la disparition du corps que reste-t-il ? Rien ! Mais pour certaines personnes, pour qui le corps est leur monde, pour elles, tout est le corps. Supposez, son corps disparaît. Comment, alors, son monde vient, apparaît-il ?

Le corps est limité dans le temps mais vous êtes partout, vous êtes Omniprésent, juste comme le ciel. Si vous voulez un élément de comparaison, alors utilisez le ciel. Nous sommes liés par la connaissance du corps, la connaissance du corps de nourriture, donc nous essayons de découvrir où nous pouvons trouver le bonheur et la paix. Complète paix et bonheur ne sont que des mots.

En quoi consiste ce monde pour moi ? Il est fusionné avec rien. Quelque chose est fusionnée avec rien. Et hors de rien, il y a quelque chose. Ils sont reliés entre eux. Juste pour la conversation nous utilisons des mots. Toutes ces relations, conditions, sensations sont là. Toutes les attentes sont là. Tous les besoins sont là. Je suis totalement non-concerné par le monde. Se sont tous des choses du corps. Toutes relatives au corps. Nous désirons la paix. Qui désire ? Nous désirons le bonheur, plus de bonheur. Qui ? Nous désirons une vie libre de tension. Une vie libre de tension, le bonheur, la paix. Nous ne connaissions pas tout cela avant d’être. Ils sont venus avec le corps. Ce sont les exigences du corps, pas les exigences de l’esprit. Le corps se dissout. Nous avons peur de cela en raison de notre attachement au corps. Personne ne désire mourir, tout le monde craint la mort. Mais quand nous sommes amenés à connaître la vérité sur la mort, il n’y a plus de peur.

Vous devez avoir la conviction : "Je suis totalement non-concerné par le monde."

haut de la page

accueil  nouveau  dvd v.f.  livres  ayurvéda  sagesse  l'advaita  glossaire  pour commander  bon de commande  contact  librairies

home  english dvd  books  wisdom  advaita  glossary  how to order  order form  contact


2017



InnerQuest | B.P. 29 | 75860 Paris cedex 18 | France | tél/fax +33 (0)1 42 58 79 82 | innerquest@free.fr