accueil  nouveau  dvd v.f.  livres  ayurvéda  sagesse  l'advaita  glossaire  pour commander  bon de commande  contact  librairies

home  english dvd  books  wisdom  advaita  glossary  how to order  order form  contact

ramana maharshi | qui suis-je ? | tout le monde est déjà réalisé | la présence | padam – le soi sans forme | la recherche de soi-même | instruction spirituelle
h.w.l. poonja | la liberté | hommage | qui êtes-vous ? | summa iru | l'effort et le non-effort | rien n'a jamais existé | tu es cela | la demeure finale
plongeon dans l'inconnu | l'océan de silence | un plongeon dans l'éternité | ici-maintenant à lucknow | annamalai swami | seul le soi est réel
fa hai | le réel | seng tsan | l'esprit unifié | lama guendune rinpoché | libre et tranquille | siddharameshwar maharaj | je ne suis pas le corps | le non-agir
l'advaita | vedanta | ranjit maharaj | je suis en tout et partout | la connaissance et l'ignorance | entretien | paroles | rien n'existe | le réel et l'irréel | le mental
la ribhu gita | le cœur | nisargadatta maharaj | connaissance spirituelle et pacification du désir de savoir | la vie | le détachement | qui suis-je ? | être
swami swaroopananda | le destin et l'action | adi shankaracharya | aparokshanubhuti | william samuel | qui est william samuel ? | maintenant
neem karoli baba | miracle de l'amour | yoga | l'asparsa yoga | yoga vasistha | le détachement | l'attitude du chercheur | ellam ondre | tout est un
u.g. krishnamurti | entretien | hommage | chief joseph | la voie de la guerrière | swami rama tirtha | une présentation | ayurvéda | la nutrition ayurvédique
ramakant maharaj | la realité n'a rien à voir avec les mots | l'ashtravakra gita | pure expression de la vérité | l'avadhuta gita | toujours libre

H. W. L.  POONJA

LA  DEMEURE  FINALE



Que règne la paix et l'amour parmi tous les êtres de l'univers. OM Shanti, Shanti, Shanti.

"Vous n'êtes venu ici que dans ce but,
celui de demeurer dans votre Soi.
"


APAJI  :  La demeure de la paix-conscience-félicité est ici. Il vous faut seulement en être fermement convaincu. Tout comme vous êtes fermement convaincu que "je suis le corps" et que "ceci m'appartient", même si au moins vous êtes à moitié convaincu que "je suis la conscience, je suis la paix", c'est suffisant. Donc, comment s'y prendre ?


Je pense qu'il existe six voies pour atteindre la liberté. Ce dont nous parlons ici est très direct et cela s'appelle Brahmavidya, l'éveil direct. Il existe d'autres voies, comme le Pranayama, le Bhakti Yoga, le Kundalini Yoga, etc… Toutes ces méthodes sont utiles pour atteindre la liberté. Il est préférable d'adopter la voie qui vous convient le mieux, c'est comme ça que vous réussirez. Choisissez le moyen que vous préférez. Ce dont nous parlons principalement ici, c'est d'une voie très directe. Il s'agit de l'éveil direct qui utilise le raisonnement pour arriver à Purusha, la Vérité absolue et immuable, le un sans second.

Tout ce qui se transforme n'est pas réel. Commencez par considérer votre corps, il se modifie sans cesse – l'enfance, l'adolescence, l'âge adulte, la vieillesse puis la mort. Il change constamment. Puis, le monde est en constante mutation lui aussi : tremblements de terre, cyclones, saisons, etc… Le monde tel qu'il était cent ans auparavant, ou mille ans auparavant, n'est plus là. Et l'esprit aussi change tout le temps. Il est parfois en paix et à d'autres moments agité. Les états que vous vivez chaque jour se modifient en permanence. Pourtant, nous sommes fermement convaincus de la réalité de ce que nous voyons au cours de l'état de veille. Mais si l'état de veille était la Réalité, il ne disparaîtrait pas pour faire place à l'état de rêve. De plus, les états de veille et de rêve s'évanouissent tout les deux dans l'état de sommeil, lequel ensuite, à nouveau, s'évanouit à l'émergence de l'état de veille. Donc, tout ce qui change n'est pas la Vérité, tout ce qui alterne n'est pas réel. C'est un fait.

Pour que les choses puissent se modifier, il doit exister un substrat sous-jacent qui ne change pas et sur lequel les modifications ont lieu. Lorsque vous voyez un pot en céramique, vous avez instantanément conscience de la porcelaine qui le compose. Quand vous observez une bague, vous avez immédiatement conscience de l'or et, là vous voyez le bois dont cette table est faite. Il doit donc y avoir un substrat qui a pris une certaine forme et qui porte un nom spécifique. Par conséquent tout ce qui change, tout ce que vous voyez, possède un substrat sous-jacent et tout ce que vous voyez doit être au-dehors de vous. Vous voyez le corps, donc l'observateur doit se trouver dans le corps. Tous les objets que vous voyez sont eux-aussi extérieurs à vous ; sinon vous ne pourriez pas les percevoir. Un rêve est au-dehors de vous. Les montagnes, les rivières, les arbres, les animaux et les gens sont tous extérieurs à vous. Tout ce que vous voyez dans un rêve est sans effet sur vous ; votre corps est endormi et vous ne faites que percevoir ce qui apparaît.




Maintenant, découvrez ce qui est immuable. Tout ce qui est sujet au changement se modifie à la surface de ce qui ne change pas ; donc pour découvrir ce qui est immuable vous devez rejeter tout ce qui change. Rejetez tous les concepts, toutes les perceptions et tous les sentiments. Une fois que vous aurez rejeté tout ce qui change, vous resterez avec ce qui est immuable, ce que vous ne pouvez pas rejeter. L'immuable, l'inchangé, est éternel, omniprésent et c'est la demeure permanente de l'existence-conscience-félicité. C'est la vraie liberté. On peut l'atteindre instantanément, et on peut aussi prendre beaucoup de temps. Cela dépend entièrement de la force de votre désir de liberté. Seul votre ego, votre arrogance, vous distancie de votre Soi.

Par le passé, des souverains ont tout abandonné pour s'en aller faire leur pénitence dans les montagnes, mais cela ne mène qu'à éviter le Soi. Ce qui vous dérange quand vous vivez dans le palais, vous dérangera tout autant quand vous vivrez à la montagne. Donc, mieux vaut rester là où vous êtes. Que vous soyez dans un endroit bondé, au travail ou à la maison ne fait aucune différence. Nous sommes devenus des experts dans l'art de remettre à plus tard. Nous avons derrière nous 35 millions d'années d'expertise à éviter le Soi et il nous faut maintenant y mettre fin. Comment ? Restez calme, silencieux, immobile et observez ce qui se présente dans votre esprit. Qui perçoit tout ce qui apparaît ? Allez à la source, là d'où tout émerge. C'est tout ce que vous devez faire. Qui vous empêche de réaliser votre vrai Soi ? L'arrogance ! C'est simplement l'ego qui vous empêche de retourner chez vous à votre Soi. Le corps est votre royaume sur lequel vous régnez et vos tendances séculaires [vasanas] sont vos reines. Donc, quand vous serez prêt, restez au repos et découvrez votre demeure véritable de tranquillité, le lieu où vous n'avez pas à vous rendre quelque part, ni à faire quelque chose ou penser à quoi que ce soit.

Quand vous avez le sentiment d'être le corps, vous dissimulez votre Soi. Vous êtes convaincu que le corps est ce que vous êtes. Vous êtes complètement aveugle à l'endroit d'où émerge la pensée "je suis le corps". Vous ne le percevez même pas parce que vous avez passé des millions d'années à le cacher. Cessez de masquer votre Soi et soyez libre.

Si vous êtes vraiment résolu à être libre, une bonne fois pour toutes, vous ne devez pas attendre. Votre vraie demeure est en vous, même plus proche de vous que votre propre respiration. Elle est derrière votre rétine. Elle est si près de vous, pourtant vous avez retardé le retour chez vous à la liberté pendant des millions d'années. À qui la faute ? Personne ne vous empêche de découvrir votre Soi, sinon vous. Pendant des millions d'années, vous vous êtes amusé avec des objets illusoires tels des châteaux de sable et vous avez oublié de rentrer chez vous. La marée qui va emporter toutes les formes s'avance rapidement, alors pourquoi ne pas rentrer dès maintenant ? Qu'est ce qui vous en empêche ? Vous êtes sur la plage occupé à faire des pâtés de sable alors que votre Soi bien-aimé vous attend chez vous.

Question : Papaji, j'en ai assez de retarder. Pouvez-vous me montrer où se trouve ma maison ? Je suis fatigué du jeux et je veux rentrer. S'il vous plaît, montrez-moi où c'est.

Papaji : Excellent ! [rires] Vous me demandez de vous montrer la voie, mais découvrez d'abord qui vous a appelé pour rentrer. Ne faites pas attention à ce que disent les gens.

Question : [grand éclat de rire]

Papaji : C'est ce qui vous a fait obstacle jusqu'à maintenant ; demander aux autres de vous montrer le chemin de la maison. Personne ne peut le faire. Aucun enseignant, aucun livre ne va vous montrer le chemin. Le chemin, c'est "pas de chemin". Il n'existe aucun chemin. Vous êtes toujours chez vous. "Chemin", ou "voie", n'est qu'activité mentale et elle fourvoie tout le monde. Vous n'avez rien à faire, même pas de pensée à prendre en considération. C'est si facile, parce que vous êtes toujours chez vous. Mais vous imaginez, comme dans un rêve, que vous êtes ailleurs. Réveillez-vous, vous êtes seulement en train de rêver !

Les sages déclarent que l'on peut atteindre la liberté instantanément, mais dans la plupart des cas, toute quête du Soi prend du temps pour arriver à maturité. Tout est dans l'investigation et l'investigation doit être à maturité avant que la liberté ne soit atteinte.

Avant même que l'univers n'ait été créé, quand il n'y avait rien hormis la conscience, une volonté pour manifester l'univers a émergé de cette conscience. Cette volition même est responsable de tout ce que vous voyez maintenant. En un instant, l'univers entier a été créé par la volonté : "Faites que je me multiplie", et elle s'est multipliée. La conscience a été transmise à cette volition, et cette volition est imprègne ce moment même. Elle imprègne toute la manifestation, y compris les individus. Donc, en quoi consiste cette volonté qui a créé l'univers et qui est responsable d'absolument tout ? Elle demeure dans le cœur de chaque être. Elle a émergé de la conscience et elle peut, et va, retourner à sa source. Bien que cette volition, cet instant, cette manifestation, cette apparence, provient de la conscience, elle demeure au sein de la conscience pour l'éternité. Mais, comme dans l'esprit, il se produit une autre forme de volonté très puissante dont la tendance est de s'adonner aux affaires du corps et du monde, la volition originelle demeure cachée. Le résultat de ceci est que vous devenez ce que vous désirez et voyez ce que vous pensez.

Nous n'aimons pas souffrir car nous avons déjà connu le bonheur éternel, donc nous savons que nous pouvons éviter la souffrance. Par conséquent, cette volition, qui est la source de toute création, est à pleine maturité quand elle désire rentrer chez elle. Il faut du temps à ce désir pour se faire jour. Une fois que vous cesserez de penser à d'autres choses excepté au retour à la maison, vous finirez par rentrer chez vous. Vous devez vous vouer entièrement au Soi, vous devez honorer le Soi et au début, vous devrez œuvrer en ce sens. Alors, vous atteindrez enfin le repos éternel. Tout est entre vos mains.

Vous ne parvenez pas à vous reposer, même pendant le sommeil où vous créez un monde supplémentaire en vous-même. Vous dormez dans votre appartement et vous rêvez d'un autre monde avec ses montagnes, ses rivières et ses personnes ; vous créez un rêve parce que vous êtes incapables de conserver la quiétude. Lorsque vous rêvez, vous pensez être celui qui rêve et vous créez votre propre création à partir du pouvoir de la pensée. En un instant, cette simple volition crée des montagnes, des rivières et des gens dans le rêve. Le monde entier apparaît dans le rêve et vous le croyez réel. Tout ceci est dû à l'ego, à l'obscurité. Votre esprit est épuisé par les transactions sujet-objet. Une fois que vous vous mettez à rechercher le Soi, la source, vous y retournerez et demeurerez en ce lieu dans la paix. Cela doit être voulu. Alors vous saurez que le rêve et le rêveur sont irréels.

Toute cette migration n'a jamais eu que le repos pour unique but. Vous devez vous reposer après être venu et revenu dans ce monde illusoire tellement de fois. Sinon, à quoi bon tout ceci ? Le monde illusoire demeurera jusqu'à ce que vous cessiez de le prendre pour réel et de lui courir après, comme on s'élance vers un mirage. Le moment venu, vous mettrez fin à votre course mentale et vous resterez immobile et silencieux. Vous n'êtes venu ici que dans ce but, celui de demeurer dans votre Soi. Ça viendra.

Aucune barrière ne se dresse entre vous et la liberté. Aucun mur ne se trouve devant vous pour vous bloquer. Il ne peut y avoir d'ignorance dans la Vérité. La Vérité est la Vérité. Le soleil ne connaît pas l'obscurité. Si vous tournez le dos à la lumière et que vous regardez dans la direction de l'obscurité, à qui la faute ? Donc, dirigez votre esprit vers la conscience et voyez ce qui se passe. Dirigez votre mental vers sa source. Que voyez-vous autour de vous quand vous plongez dans l'océan ? Vous ne voyez que l'eau. Semblablement, quand vous voulez être libre et que vous plongez dans la conscience, vous ne voyez que la conscience. Lorsque vous rentrerez chez vous à la source, vous connaîtrez ce qui est et ce qui a été, et vous serez éternellement heureux.

Si vous êtes sincèrement dévoué à votre Soi, atteindre la liberté est très facile. Mais si vous laissez l'activité mentale faire ce qu'elle veut, alors vous connaîtrez l'agitation. Le mouvement mental commence par la pensée initiale "je suis", qui est irréelle. Tout apparaît au sein de ce seul mouvement de pensée, et lorsque cette pensée irréelle est interceptée, tout disparaît. Si vous ne questionnez pas cette pensée "je suis", elle ne vous laissera pas tranquille. En voir la source la détruit, car seule la source est réelle. À chaque fois que vous pensez à quelque chose, vous dissimulez la source. Vous n'accordez d'importance qu'à ce qui est vu, aux formes et aux idées. En interceptant toutes les idées et toutes les intentions qui naissent dans l'esprit, vous atteindrez le repos et la paix. La source est paix même et c'est la demeure finale.

Cette investigation du mouvement mental est tout ce que vous avez besoin de faire. C'est suffisant. Il n'y a rien au-delà. Frappez à la racine du mental, à la racine de la pensée. Le fait de penser, le mouvement mental, maintient sa propre continuité et celle de l'ego, à moins d'être intercepté, questionné. Par l'investigation de la source de la pensée, celui qui la conduit est consumé jusqu'à ce que même l'investigation se retrouve proprement consumée dans sa totalité par la source, la Réalité. Et, à la fin, tout ce qui reste est la Réalité, ce que vous êtes, ce que l'on ne peut pas décrire. Ceci se produit très naturellement quand vous cessez de vouloir comprendre et que vous rejetez tout savoir. Vous êtes libre instantanément. Instantanément, vous êtes la Réalité.

En transcendant les trois états de veille, rêve et sommeil, on découvre le "quatrième" état, que l'on appelle aussi l'état "de paix", où l'on trouve enfin la paix. Très peu de gens découvrent ce pur état d'existence, de bonheur et de félicité. Et, au-delà de ce "quatrième" état, se trouve encore un autre état, découvert par de très rares personnes. C'est la demeure finale, et une fois qu'il est découvert, il n'y a plus de retour à l'obscurité. Voilà tout.

C'est le substrat d'où tout commence. C'est omniprésent. Cet état suprême de conscience se trouve caché lorsque vous vous cramponnez à quelque idée, nom ou forme que ce soient. Le substrat ne saurait être un objet de perception parce qu'il ne possède ni nom ni forme. Lorsque vous éliminez tous les noms et toutes les formes de ce que vous voyez ici et maintenant, vous êtes instantanément Cela, au-delà du "quatrième". Cela apparaîtra tout seul. C'est déjà là et vous n'avez pas d'effort à fournir pour l'atteindre. C'est déjà présent, mais vous ne le voyez pas parce que vous êtes absorbés ailleurs dans vos fantasmes et imaginations. Abandonnez simplement tout ce que vous avez entendu, lu et vu jusqu'à maintenant. Puis dites-moi, que reste-t-il ? Toute la connaissance que vous avez acquise jusqu'ici n'est que "ouï-dire". Vous l'avez empruntée à quelqu'un et ce n'est pas votre nature véritable, votre vrai Soi. La connaissance ne peut jamais servir pour décrire le Soi, donc rejetez-la. Elle ne vous sera d'aucune aide pour découvrir votre Soi.

Vous accordez tout votre temps aux notions et aux formes, et vous n'en accordez aucun à la recherche de la source que vous dissimulez. C'est l'endroit le plus subtil. C'est si subtil que vous ne pouvez pas le voir avec vos yeux ni le toucher de la main. Vous ne pourrez l'atteindre qu'à travers l'investigation. Demandez-vous simplement ce qu'est la nature de tout ce qui est vu, la nature de cet univers. Où prend-t-il son origine ? Son origine n'est autre que votre propre notion. Maintenant découvrez le substrat de cette notion, qu'est-ce qui se trouve à la source. Demandez-vous : "Quelle est la source de cette notion ?" Simplement, recherchez la source. C'est le seul moyen. Restez seulement silencieux, immobile et ne pensez pas. Laissez celui qui conduit l'investigation être consumé par l'investigation, jusqu'à ce qu'il se fonde dans la Réalité. Laissez même l'investigation être elle-même consumée par la Réalité.

Pas à un instant des dernières trente-cinq millions d'années vous n'avez vu ce moment de quiétude et vous n'avez jamais été en silence. Cette quiétude est votre nature et c'est le substrat de tout ce que vous percevez. Vous parvenez à voir une étoile dans le ciel ou à sentir votre corps en raison de l'arrière-plan de conscience, la quiétude, qui est la base de toute perception. Si vous demeurez silencieux, seulement alors vous saurez que "je suis la conscience, je suis cette quiétude". Nous ne pouvons jamais trouver le repos sans ceci. Quand vous vous demandez ce qu'est la source en restant immobile et silencieux et sans essayer de comprendre quoi que ce soit, vous découvrirez que vous avez toujours été libre. Et vous éclaterez de rire ! Vous êtes si libre que même la tentative de comprendre cette liberté s'avère être un effort trop important. C'est si libre que personne ne l'a jamais vu auparavant. C'est la liberté, la sagesse, l'illumination, l'existence, la conscience, la félicité, et pourtant c'est sans nom. C'est si vide que même la description de "vide" ne correspond pas.

Il est très important de s'enquérir de cet instant. À travers l'investigation vous vous enflammerez. Quand vous placez du camphre près d'une flamme, combien de temps prend-t-il pour s'enflammer ? Il brûle instantanément. Au cours de l'investigation, vous devez être comme le camphre, prêt à brûler dans le feu de la liberté. L'instruction du Guru est le feu et votre cœur doit être comme le camphre, prêt à s'embraser pour que toute votre obscurité soit dissipée, une fois pour toutes. Instantanément, la flamme consumera trente-cinq millions d'années d'obscurité. Elle carbonisera cette forêt d'ignorance. Voilà la force de l'instruction : dissiper toute ignorance en embrasant le cœur. Laissez cette flamme brûler dans votre cœur.

haut de la page

accueil  nouveau  dvd v.f.  livres  ayurvéda  sagesse  l'advaita  glossaire  pour commander  bon de commande  contact  librairies

home  english dvd  books  wisdom  advaita  glossary  how to order  order form  contact


2017



InnerQuest | B.P. 29 | 75860 Paris cedex 18 | France | tél/fax +33 (0)1 42 58 79 82 | innerquest@free.fr